La rubrique sexologie de Marie-Alice #1 : Image corporelle et redéfinition des standards de beauté

Offre d’emploi : intervenant(e) de proximité
5 octobre 2020
La rubrique sexologie de Marie-Alice #2 : Image corporelle et comment se sentir belle
15 octobre 2020

Quels sont les standards de beautés dans notre société ? Quelle place cela laisse-t-il au vieillissement ? Quels standards alternatifs pourraient être proposés pour s’harmoniser avec la réalité du vieillissement ? Voici les réponses à ces questions !

Partout dans les médias nous sommes confrontés à des images parfaites de corps parfaits. Ce n’est pas surprenant de constater que la majorité d’entre nous soit insatisfaite lorsque l’on se regarde dans la glace. Et plus on avance en âge, plus on s’éloigne de ces corps sculptés et photoshoppés. Dans notre société, les standards de beauté en vigueur reposent sur une idée de jeunesse. Ainsi, on valorise les cheveux lisses et soyeux, les fesses rebondies, les pommettes hautes et la peau ferme. Il est évident qu’avec l’âge, il devient de plus en plus difficile, voire impossible, de se conformer à ce type de modèle. Devant une telle évidence, il nous revient de créer de nouveaux standards qui seront plus en harmonie avec les signes du temps.  

Notre corps est le reflet de notre vie. C’est à force de sourire et de rire que se creusent ces pattes d’oies sur le coin des yeux. C’est à force de longues réflexions, de questionnements et de pleurs que se dessinent les lignes du front. C’est à la suite de la mise au monde d’un enfant que le ventre se relâche et que les hanches s’arrondissent. C’est après avoir utilisé ses mains pour inventer, construire, écrire, peindre, jardiner, caresser, serrer et plus encore que les doigts se tordent. Ce sont toutes ces expériences, ces beaux moments et ces souvenirs réconfortants qui ont modelé ce corps que nous connaissons et que parfois nous rejetons ou jugeons sévèrement. Pourquoi ne pas être fier de ce qu’il a accompli ? Pourquoi ne pas l’observer en fonction de ce qu’il nous a permis d’acquérir et de créer plutôt que de le comparer à le/la voisin(e) ou l’animateur/trice télé ? Pourquoi ne pas l’apprécier en prenant compte de l’unicité de son parcours ? Pourquoi ne pas le célébrer et le remercier ?     

La suite de cet article sera présentée dans deux semaines lors de la prochaine rubrique sexologique. Si cet article vous a touché ou si vous aimeriez partager avec d’autres sur cette thématique, rendez-vous le 29 octobre pour un café-causerie en ligne via la plateforme zoom ! Je vous y attends avec impatience et j’ai bien hâte de vous rencontrer ! 

Sources :

  • Robert, J. (2010). Les femmes vintages. Montréal : Éditions de l’Homme. 
  • Wallach, I., Beauchamp, J., Maiorano, S., Lavigne, J. et Chamberland, L. (2019). Normes de beauté, perceptions de l’apparence et vie intime des femmes âgées hétérosexuelles et lesbiennes au Québec : une étude qualitative exploratoire. (Rapport de recherche). Montréal, Québec : Chaire de recherche sur l’homophobie, Université du Québec à Montréal.